Test du XC 16-50 II

DSCF3756.jpg

Le XC 16-50 II et son pare-soleil


Présentation:

J’ai reçu l’objectif XC 16-50 II en cadeau dans le pack du X-T10 en Juillet 2016, acheté de chez Fujifilm Liban. J’ai toujours utilisé les objectifs zoom qui venaient en combinaison avec les cameras reflex rendant le rapport qualité-prix plus qu’intéressant. Le XC 16-50 II était naturellement un bon choix pour moi pour commencer avec le X-T10, la plage étant entre 16 et 50mm c’est parfait pour la plupart de mes photos.

Une chose a savoir a propos de la série XC: ce qui fait que ces objectif sont moins cher ou presque offert avec l’achat de pas mal de cameras hybrides Fuji, c’est qu’ils sont fabriqués en plastique, ceci dit cela ne m’a pas posé de problèmes car c’est un plastique assez bien fait et qui ne diffère pas beaucoup de visu des XF en métal. Ceci dit il faut faire attention de ne pas faire tomber sa camera car il y a quelques retours sur le net qui montrent la monture plastique cassée après une forte chute.

Vous n’avez pas non plus de bague manuelle de diaphragme, pour contrôler les ouvertures vous devrez utiliser une molette sur votre camera.

A 16mm l’ouverture max est de f3.5 tandis qu’a 50mm c’est limité a f5.6, donc ce n’est pas un objectif dit ”lumineux”, en contre partie il dispose du stabilisateur OIS 2eme generation de Fuji, très utile pour les conditions ou on manque de lumière et ou il n’y a pas d’objets ou personnes qui bougent.

Un autre avantage du XC 16-50 c’est qu’il est petit et léger pour un objectif zoom surtout quand comparé a son grand frère le XF 18-55. Il est aussi long que le XF 23mm f2 accouplé de son pare-soleil a 1 ou 2 mm près par exemple.

IMAG0483[1].jpg

Comparé au XF 23mm f2


Le piqué:

Cet objectif zoom entré de gamme est certainement plus performant au niveau du piqué que tous les autres zoom que j’ai eu précédemment avec Nikon (18-50 et 18-105).

En sachant quand même que cet objectif n’atteint pas le superbe niveau de piqué de la plupart des objectifs fixes Fujifilm ou les zoom de niveau supérieur tel que le XF 16-55 qui est 3 fois plus cher, mais il arrive a rivaliser avec certains XF comme le 18-55mm et le 18mm f2 si on se base sur les statistiques de lenstip, donc en d’autres termes cet objectif entré de gamme n’a pas a rougir pour son niveau de piqué.

DSCF0649[1]

16mm ISO 200 1/1000

Le piqué est élevé sur tout la plage de 16 a 50mm mais c’est surtout entre f5.6 et f8 et entre 30 et 50mm que l’on obtient les plus haut niveaux. Le 16mm s’en tire très bien malgres tout sauf dans les extrêmes comme f3.5 et de f11 a f22 ou la diffraction est importante, ce qui fait que cette objectif est très apprécié pour les photos de paysage mais il est conseillé de rester entre f5.6 et f9 pour avoir un maximum de détails.

Dans cette photo par exemple la montagne est très détaillée

DSCF0699_4

16mm f5.6

 

DSCF1933 3Le piqué dans les coins n’est pas très bon, mais vous ne remarquez pas cette baisse de piqué a moins d’imprimer a des tailles a2 et plus.

NB: A cause du haut niveau de distorsion de 16 a 23mm sur cet objectif, la correction en jpeg sur le boîtier ou avec des logiciels tel que Capture One et LR pour les Raf (RAW) qui déclenchent automatiquement cette correction, il y a une perte de piqué justement sur les bords, donc au cas ou les déformations ne dérangent pas (comme avec les photos de paysages) je conseil de désactiver la correction.


Distorsion:

Comme dit ci-dessus la distorsion est présente de 16 a 23mm et très évidente a 16mm.

La correction de la distorsion avec des logiciels comme Capture One enlève un partie de la photo et peut allonger des personnes, donc encore une fois je recommande de désactiver cette correction tant que la distorsion ne dérange pas, dans le cas des photos de rue ça sera difficile de ne pas utiliser la correction étant donné les lignes architecturale mais la plupart des photos de paysage s’en sortiront mieux sans la correction.

Voila justement un bon exemple de photo de rue ou la correction est évidement requise, mais une petite partie de la photo est coupée et l’homme qui marche se retrouve allongé.

DSCF1657_1

16mm avant correction

DSCF1657_2

Après correction


L’Autofocus:

L’autofocus du XC 16-50 II est très silencieux, même dans des endroits très silencieux on entend pas le mécanisme de l’AF.

Rapide et efficace dans la plupart des situations, on trouvera quand mème des ratés même dans des conditions idéales. En faible luminosité l’AF est acceptable mais il aura des difficultés de nombreuses fois.


Performance en faible luminosité:

La limitation a f3.5 comme ouverture maximale (f5.6 pour 50mm) n’est certainement pas un avantage pour les situations ou la lumière manque. Mais on gagne le stabilisateur Fuji OIS II qui selon les tremblements de vos mains peut vous faire gagner un ralentissement de la vitesse d’obturation, personnellement j’ai pu aller jusqu’à 1/13eme de seconde. Je devrais quand même rappeler que tout objet ou personne mouvante sera flou dans une photo a lente obturation.

DSCF0726[1]

16mm ISO 1600 f5.6 et 1/13eme de seconde

La relative faible présence de bruits sur les ISO élevé des nouveaux boîtiers X-Trans de Fujifilm (X-T1/X-T10, X-T2/X-T20,Xpro…) sont aussi d’une très grande aide pour prendre des photos dans des conditions a faible luminosité.

DSCF1307_1

ISO 1250, 1/15eme


Le Bokeh:

Effet très apprécié dans le monde de la photographie, le bokeh est favorisé par différentes valeurs, la distance focale, la distance entre l’objectif et le sujet, et l’ouverture du diaphragme.

La limitation de l’ouverture du diaphragme a f3.5/5.6 limite les possibilités du bokeh, mais on peut quand même avoir de bon résultats en utilisant une longe distance focale comme 35 a 50mm et/ou une distance réduite entre l’objectif et le sujet, en sachant qu’a 16mm ce XC 16-50 de la 2eme generation peut faire une mise au point jusqu’à 15cm.

Malheureusement on n’aura pas la facilité de bokeh comme sur les XF a optiques fixes qui eux ont des fois un f1.4, aussi le bokeh du XC est considéré comme ”rude”.

DSCF1276

En ce qui concerne les cercles de bokeh, comme on peut le deviner ont la fameuse ”coupe d’ognon” qui découragerait certains photographes rigoureux et maniaques. Personnellement et pour nombre de photographes ce n’est pas si important que ça et ça ne dérange pas.

DSCF1778

Coupe d’ognon des cercles bokeh


Astrophotographie

Cet XC est très moyen pour l’astrophotographie, encore une fois due a la limitation du f3.5. Il faut utiliser une vitesse d’obturation de 20 a 30 secondes sur trépied et sans OIS avec un ISO 6400 pour utiliser la technique du ETTR (tout vers la droite), et obtenir des photos de la voix lactée mais avec pas mal de bruits et des traînées d’étoiles (les étoiles paraîtront allongées) après un post-edit assez extrême sous Lightroom.

DSCF0450


Conclusion:

Le XC 16-50 II est un très bon choix en tant que zoom entré de gamme surtout quand il vient en pack avec le boîtier. Il est supérieur a de nombreux  objectifs zoom entrée de gamme des autres marques et il a quelques avantages par rapport au XF 18-55 de Fuji, tel que le prix, le poids, la taille et la distance focale 16mm contre 18 utile pour certains paysages.

Ce que j’ai aimé:

  • Très bon niveau de piqué pour un objectif de cette catégorie
  • Autofocus silencieux et rapide
  • La plage de 16 a 50mm qui couvre bon nombre de situations (paysages,photos de rue, portraits…)
  • Léger et petit comparé aux autres zoom.
  • Prix

J’ai pas aimé:

  • La limitation a f3.5 en 16mm
  • L’autofocus pas génial en faible luminosité
  • Perte de piqué sur les bords
  • Distorsions importantes entre 16 et 23mm
  • Le Bokeh faiblard

N’hésitez pas a me poser des questions!!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s